Vous êtes ici : Accueil > Toutes les actualités > L’herbe n’a pas fait sa rentrée partout

L’herbe n’a pas fait sa rentrée partout

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Semaine 37 - En cette rentrée, la situation fourragère est très hétérogène en Normandie.

La carte parle d’elle-même, en l’absence d’herbe de nombreux sites n’ont pas fait l’objet de mesures. C’est le cas notamment de l’est de l’Orne et de l’ex haute Normandie.

Hormis chez les éleveurs de vaches allaitantes la distribution de fourrage à l’auge reste élevée et représente plus de 75 % des besoins dans de nombreux cas. Le stock d’herbe disponible sur pied conforte cette stratégie puisqu’il ne représente que 90 kg MS /vache.

Si de nombreuses zones ont été impactées par la sécheresse estivale allant même jusqu’à une dégradation forte des couverts prairiaux, certaines zones de l’ouest et de la Manche notamment ont bénéficié d’épisodes pluvieux en août entre 30 et 50 mn localement qui pourront permettre un regain pour cette fin de saison. La croissance moyenne observée sur les 11 sites mesurés est de 24 kgMS/ha/jour. A noter toutefois que les prairies diversifiées riches en légumineuses ont largement tiré leur épingle du jeu dans ces conditions arides.

Pensez à identifier les parcelles les moins productives et faire les bons choix pour améliorer la flore : sursemis, semis sous couvert ou destruction sont autant de techniques à entreprendre maintenant.

Au revoir Thierry…

Figure incontournable de l’élevage et des fourrages Normands, Thierry Jeulin nous a brutalement quittés cet été. Il serait utopique d’imaginer retracer sa carrière en quelques lignes mais rendre hommage à Monsieur prairies dans une publication de l’observatoire de l’herbe me semblait évident.

De l’observatoire de l’herbe il a été l’initiateur dans l’Orne au début des années 2000 et n’a jamais cessé de mesurer et d’observer les prairies avec toute la rigueur qu’était la sienne. Rigueur qu’il a mis a profit à maintes reprises dans la conception des vitrines végétales des Prairiales du Pin au haras.. La dernière édition le prouve encore tant Thierry a su une fois de plus démontrer l’intérêt et la diversité des prairies normandes.

Chacun saura se rappeler ses multiples qualités mais je retiendrai sa pédagogie et son pragmatisme ajoutés à son professionnalisme qui font de Thierry un collègue inoubliable. Tu vas nous manquer !

 

Fabien OLIVIER - Chambre d’agriculture de Normandie