Vous êtes ici : Accueil > Gestion de l'exploitation > Energies > Produire de l'énergie > Biomasse Energie > Chaudières biomasse > La première chaudière à balles de saule en France

La première chaudière à balles de saule en France

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La chaudière de 300kW valorise la production des 3 hectares

Les conseillers énergie des chambres d’agriculture ont visité l'exploitation des époux Ronckier dans le Nord. Depuis juin 2014, une chaudière valorise les balles de saules cultivés sur l’exploitation.

La chaudière de 300kW valorise la production des 3 hectares de saules utilisés pour l'épuration des eaux blanches de l'exploitation. Tous les 3 ans et en un seul passage, le bioballer coupe et met en balle le taillis. Les balles sèchent naturellement. Peu automatisée (allumage et alimentation manuelle), la chaudière s'intègre bien au fonctionnement de l'exploitation laitière, où le présence est quotidienne.

L’économie circulaire à l’échelle de l’exploitation

Les époux Ronckier transforment chaque année 500 000 litres de lait produit par leur 60 montbéliardes en fromages, beurre, crèmes glacées… En 2001, ils ont implantés 3 ha de taillis de saules pour épurer les eaux usées des ateliers de traite et de transformation : 7 m3 d’eau irriguent ainsi chaque jour la plantation en goutte à goutte.

Accompagné par la Chambre d’agriculture et par le Parc Naturel Régional, la famille Ronckier a réfléchi à la valorisation in situ de la biomasse produite. Le diagnostic Diaterre, réalisé en 2013, révélait que le chauffage de l’eau de traite, de la fromagerie, du magasin et de la maison consommait l’équivalent de 13400 L de fuel par an soit 24% des dépenses énergétiques de l’exploitation.

Balle ou plaquette ?

M. Ronckier a préféré la mise en balle aux deux autres méthodes de récolte du saule : ensilage ou récolte en tiges entières puis déchiquetage. Le biobaler, plus léger que l’ensileuse lui permet « d’accéder à la parcelle en hiver, de couper des bois d’un diamètre de 12 cm de diamètre quand l’ensileuse en autorise 7, et de disposer en un seul passage de balles facilement déplaçables et stockables ». M. Ronckier récolte 120 balles de 1.20m X1.20m par ha tous les 3 ans. Les balles sèchent en 4 mois en extérieur pour atteindre 185 kg à 30% d’humidité. Un hectare produit ainsi l’équivalent de 2500 L de fuel par an. La chaufferie à balle permettra d’utiliser des ressources complémentaires (miscanthus, pailles, rémanents forestières) pour atteindre l’autonomie énergétique. Des ressources qui auraient difficilement pu être valorisées dans le cas d’une chaudière à plaquettes.

Simplicité

La chaudière danoise retenue a été conçue avec le minimum d’automatisme pour en réduire le coût (80 k€ pour 300 kW) et les risques de panne. L’ouverture de la chaudière se fait manuellement. La cuve à combustion est composée d’un bac acier cintré et de briques réfractaires. Sa contenance correspond au volume d’une balle carrée ou ronde. Un ballon d’eau est situé juste au-dessus de la cuve à combustion. Le cendrier, manipulable avec la fourche du tracteur jouxte la chaufferie.

Une installation clé en main

La chaufferie de 300kW a été livrée par un camion muni d’une grue. Le chauffeur a réalisé lui –même le montage dans la journée sur une dalle béton préalablement coulée (6*3m) et équipée de l’arrivée d’eau, et du réseau de chaleur. Un automate régule la combustion et la distribution d’eau. Connecté à internet, il permet le suivi, et si besoin l’optimisation du fonctionnement depuis le Danemark.

Gazéification et accumulation

Cette chaudière a la particularité de fonctionner par gazéification et accumulation. La balle chargée au télescopique est allumée manuellement. Après 15 minutes de combustion (115°C), un ventilateur appauvrit l’air en oxygène. La combustion laisse alors place à la gazéification : la biomasse est transformée en gaz. 18 000 L d’eau sont chauffés en 12h30 (4h30 de combustion et 8h de descente en température). L’énergie stockée dans le ballon tampon alimentera le réseau jusqu’à l’allumage suivant. Le surdimensionnement volontaire du foyer en vue du développement futur de l’activité est rendu possible par ce système d’accumulation. En attendant, il permet  d’espacer la fréquence de chargement (1 balle ½ par jour en hiver). Une contrainte plus facilement intégrable sur une exploitation laitière où la présence est quotidienne L’importateur de la chaudière précise « qu’avec ce procédé, aucun mâchefer (vitrification des cendres) n’est produit, même avec des combustibles plus riches en silice que le bois (paille, miscanthus, écorce...). Le taux de particules des fumées se situe trois fois sous le seuil de la norme et la production de cendres est minime : 1L par balle de saule».

Isabelle GHESTEM - Pour le réseau Energie des chambres de Normandie

Contact

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?

Actualités

vendredi 13 septembre 2019

Retour d’expérience d'innovations testées à la Blanche Maison, pour l'élevage (lait, prairie, énergie, matériel)

vendredi 06 septembre 2019

Dans le cadre de l'opération Innov'Action, les Chambres d'agriculture de Normandie vous invitent à découvrir ou à re-découvrir la production d'électricité...

Agenda

Aucune actualité disponible.