Témoignage de M. Barbier

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

C'est suite à la visite d’une exploitation bretonne que Mickaël Barbier s’est lancé dans les circuits courts.

Il a choisi de vendre sa viande en caissettes pour valoriser la viande de ses vaches normandes et compléter les revenus du lait. « C’est un bon moyen de valoriser la viande, surtout en période de chute des prix. Cependant, cela ne peut pas concerner tous les animaux. »

Il vend une bête tous les mois et demi environ et fait appel à un prestataire de service pour l’abattage et la mise en caissette. La viande est vendue 11€ /kg vif de viande.

Pas de conduite spécifique du troupeau pour cet éleveur qui est par ailleurs en filière qualité race normande. « Ce qui fait la rentabilité de l’activité est le rendement carcasse de la bête, c’est pourquoi je choisis les animaux que je destine à la vente en circuits courts. Il est important de changer son regard sur les bêtes : ce n’est pas forcément la plus grosse bête qui sera la plus rentable, l’important étant qu’elle atteigne les 62% de rendement estimé. J’ai toujours apporté du soin à la finition de mes animaux. Leur ration est à base de luzerne, pulpe et tourteaux de lin, ainsi la viande n’est pas grasse. »
Mickaël est membre du réseau Bienvenue à la ferme.