Un robot d'alimentation pour réduire l'astreinte

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Pour réduire le volume de travail et consacrer plus de temps au suivi du troupeau.

Pourquoi choisir cette solution ?

Se libérer du temps

15 mn par jour de suivi et nettoyage de la cuisine contre 2 h 30 auparavant.

Mieux s'organiser

Planification de la préparation des blocs d’aliments dans la cuisine.

Gagner en confort

C’est le robot qui repousse les refus.

Simplifier ses tâches

Lorsque les vaches sont à l’herbe, la ration est modifiée très simplement.

Réduire le gaspillage

A chaque passage, le robot ajuste grâce à son laser la quantité à distribuer lors de son prochain passage.

Optimiser le rationnement

Le robot peut distribuer autant de rations que de lots d'animaux.

L’essentiel à savoir

Il faut conserver un tracteur et un désil’cube pour la préparation des blocs d’ensilage, ainsi que réorganiser le stockage des aliments et aménager une «cuisine».

Installer une borne de chargement dans la cuisine : le robot est électrique, il se recharge dès qu’il est sur sa borne.

Pour optimiser cet outil, il faut adapter les rations aux différents lots d’animaux.

Un robot peut alimenter jusqu'à 300 animaux par jour.

Il faut veiller à avoir un bon service de maintenance car les mises à jour sont complexes.

Combien ça coûte ?

Robot : 150 000 euros.

Bâtiment cuisine 15 m x 15 m : environ 20 000 € si construction neuve.

Désil'cube : 5 000 à 8 000 € pour une capacité de 1,5 à 2,8 m3 avec ou sans élévateur.

Bétons pour aménagement des rails de circulation (entre 19 € et 38 €/m2) : environ 7 600 €. Entretien estimé à 2 800 €/an et électricité à 2 €/jour.

Coût annuel pour une distribution assurée 365 jours/an : environ 25 000 €/an, soit 19,90 €/1 000 l et 82 € par taurillon.

L'expérience de Vincent Lefrançais

"Nous avons fait le choix d'automatiser la distribution d'aliments, car je préfère traire et suivre mes vaches. Nous avons gagné 2 h 30 par jour à ne plus désiler, sans perdre sur le coût alimentaire. Nous avons une exploitation de 30 ha d'herbe que nous valorisons.

C’est un robot d’alimentation qui distribue une ration équilibrée aux vaches laitières, aux taurillons et prochainement aux génisses.

Il a fallu transformer le bâtiment de stockage en "cuisine" de 14 m de large, équipée d'une grue qui se déplace sur 13 m. Nous avons aussi coulé les bétons pour installer le rail du robot entre la cuisine et les stabulations des vaches laitières et des taurillons.

Le robot est un petit bol de 2 m3 qui pèse et mélange la ration. Chaque aliment est prélevé dans la cuisine et déposé dans le bol grâce au grappin de la grue. Le robot prépare la ration en 40 mn et va ensuite la distribuer sur la table d’alimentation.

Nous nous occupons de préparer les aliments dans la cuisine :
- 15 blocs d’ensilage de maïs et 7 blocs d’ensilage d’herbe sont préparés deux fois la semaine. Cela nous prend 1 h 30 ;
- la luzerne et la paille sont préparées tous les 10 jours, cela nous prend 20 mn ;
- les concentrés et les minéraux, stockés en cellules, sont versés automatiquement dans le bol.

Avec le robot d’alimentation, nous avons dégagé du temps, en passant uniquement 15 mn par jour à nettoyer la cuisine et à contrôler le fonctionnement du robot. Le soir après la traite, je bloque les cornadis et je vérifie leur consommation.

Le côté pénible de repousse des refus a aussi disparu car c’est le robot qui le fait. Je ne distribue plus mais je passe davantage de temps à ajuster les rations, ainsi je me concentre sur la production laitière, la qualité du lait et la gestion de mon herbe."

L'exploitation agricole

Vincent LEFRANCAIS, éleveur
à Sourdeval (50)

Contact

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?