Un double lactoduc* pour trier le lait simplement pendant la traite

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Pourquoi choisir cette solution ?

Le double lactoduc limite la pénibilité et le temps passé à acheminer le lait pour les veaux gras.

Le tri individuel du lait de chaque vache permet d’obtenir un lait pour la laiterie de meilleur qualité en fonction des analyses de lait du contrôle laitier et donc une meilleure valorisation.

L’essentiel à savoir

Prévoir un dispositif permettant «d’orienter» facilement le lait sur l’un ou l’autre lactoduc
Le dispositif doit permettre une séparation totale du lait d’une traite

La fermeture du lactoduc inutilisé doit être parfaite.

Il ne doit pas y avoir de risque de contamination du lactoduc principal avec du lait destiné au lactoduc secondaire.

Les sorties du dispositif vers le lactoduc principal ou le lactoduc secondaire doivent être clairement identifiées.

L’entrée et les sorties du dispositif doivent être nettoyées après chaque traite

Dans une construction neuve, veillez à disposer l’atelier veaux gras à côté de la salle de traite pour réaliser un circuit court et éviter ainsi d’utiliser trop d’eau.

Combien ça coûte ?

Coût moyen d’un double lactoduc neuf (lactoduc, chambre de réception, pompe à lait et lactoduc d’évacuation) : 6 000 €.

Coût de fonctionnement (eau, produit de lavage) : en pratique cela représente environ le double mais dépend du coût actuel de l’éleveur et de la longueur de tuyau entre la salle de traite et le tank des veaux.

L'expérience de M. Hinard

"En 2007, la mise aux normes des bâtiments d’élevage a été réalisée sur l’exploitation. C’est à ce moment que nous avons fait le choix d’investir dans un double transfert, pour acheminer le lait entier jusqu’à l’étable à veaux gras. Pour une meilleure proximité et ainsi limiter la longueur du lactoduc, nous avons choisi d’intégrer l’atelier de veaux gras dans le nouveau bâtiment près de la salle de traite. Ici, la distance entre le tank des veaux et la salle de traite est de 15 mètres. Il est possible d’installer des lactoducs d’évacuation qui mesurent de 40 à 50 mètres mais plus la longueur est importante, plus les besoins en eau pour le nettoyage sont élevés.

L’atelier veaux nécessite 250 000 L de lait. Étant donné ce volume important à transporter, le double transfert limite les efforts et la pénibilité d’acheminement du lait par bidons. Par ailleurs, je peux isoler le lait selon les vaches, ainsi je continue à mettre le lait des vaches fraîches vêlées (colostrum) et sous traitement antibiotique sur bidon. De plus, ce système nous permet de mieux valoriser le lait en séparant le lait livré à la laiterie de celui destiné aux veaux, selon les analyses (TB, TP, cellules…).

Je suis satisfait du double lactoduc, il me permet de trier le lait simplement pendant la traite par la seule inclinaison d’une vanne par griffe. Pour le lavage, il suffit de placer la vanne au milieu et l’ensemble se lave simultanément. Ce système n’occasionne donc pas de temps supplémentaire au moment de la traite. Cependant, le volume d’eau et de produit de nettoyage est doublé. Concrètement, la traite à une seule personne dure 1 h 15, soit 1 h 45 en tenant compte du temps de lavage (en 2x6, traite arrière avec sortie rapide, décrochage automatique).

______________

*Lactoduc : canalisation permettant le transport du lait durant la traite vers la chambre de réception. Le lait est ensuite acheminé jusqu'au tank à lait par un lactoduc d'évacuation. Le principe du double lactoduc est de pouvoir conduire indépendamment le lait de chaque vache vers deux tanks à lait différents.

L'exploitation agricole

M. Hinard
Agriculteur à Margueray (50)

Contact

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?