Simple et facile à vivre : le libre-service a encore toute sa place

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Objectif

  • Se libérer du temps
  • Souplesse d’organisation

Principe

Les vaches accèdent librement au silo et consomment en fonction de leur besoin. 

Points forts - Points faibles

Points forts

  • Fonctionnement simple
  • Facilité pour se faire remplacer  
  • Réduit l’astreinte et souplesse d’organisation
  • Nécessite peu de matériel 
  • Consomme peu d’énergie

Points faibles

  • Difficulté pour utiliser plusieurs fourrages 
  • Surconsommation et/ou gaspillage (prévoir 10 à 15% de fourrages supplémentaires)
  • DAC obligatoire pour un réel gain de temps
  • Plus difficile à réaliser pour des grands troupeaux à cause de la largeur du silo 
  • Gestion des effluents liquides lorsque le silo se situe à l’extérieur

Conditions/Règles de mise en œuvre pour être efficace

  • Nécessité d’au minimum 30-35cm par vaches laitières
  • Pour éviter de trop détasser manuellement, la hauteur du silo ne devra pas dépasser 2 mètres
  • Mettre à disposition paille ou foin à volonté
  • Laisser un temps d’accès au silo d’au moins 16h/jour 
  • Prévoir un abri au-dessus du front d’attaque du silo pour protéger le fourrage et le confort des animaux

L'exploitation agricole

Olivier Husnot à Athis de l’Orne (61)

Description de l’élevage:

  • 1 UTH + 1 salarié
  • 130 ha : 88ha d’herbe
  • 90 vaches laitières (Normande et Prim’Holstein)

Historique

Les parents d’Olivier Husnot étaient déjà en libre-service lorsqu’il s’est installé en 1995. Contrairement à bon nombre  d’agriculteurs, il n’a pas changé de système à sa mise aux normes en 1998.

Ses raisons étaient économiques et organisationnelles. Aujourd’hui, il ne regrette pas ce choix. 

" J’ai souhaité gardé mon système d’alimentation en libre-service car j’apprécie la souplesse d’organisation, la simplicité de ce mode d’affouragement et son faible coût. Je peux aisément être deux jours de suite sans m’occuper de l’alimentation. 

Concrètement j’ouvre le silo en libre-service d’octobre à avril environ. Il est composé d’ensilage d’herbe, d’ensilage de maïs et de tourteaux de colza. La proportion d’ensilage d’herbe et d’ensilage de maïs est identique. Quant au tourteau de colza, je mets un godet par benne d’ensilage. Je mets bien sûr du foin à volonté et trois DAC sont installés à quelques dizaines de mètres du silo. 

Mon silo de 20m de largeur est un peu juste pour mon nombre de vaches mais j’arrive malgré tout à m’en sortir. J’ai positionné un fil à environ 1m de hauteur avec une barre métallique qui me sert de table d’alimentation. Elle fait environ 40 cm de hauteur afin d’éviter les souillures et les pertes. J’avance l’ensemble de 10cm tous les 2/3 jours.

Globalement l’entretien en hiver me prend 1h par semaine entre détasser le sommet à la griffe, enlever les refus et déplacer ma table d’alimentation.

Je n’ai jamais rencontré de difficultés quant au fait qu’il soit à l’extérieur sans toit pour le protéger, excepté lorsqu’il neige. Il faut en effet faire très attention à avoir une orientation du front d’attaque au nord ou à l’est pour éviter l’exposition à l’eau. Il faut également faire son silo dans le sens inverse du front d’attaque, ce qui favorise l’évacuation de l’eau. 

Les vaches auront toujours une préférence et consommeront plus un type d’aliment qu’un autre, ce qui implique de faire un seul silo regroupant tous les fourrages.  Bien que la ration ne soit pas optimisée, et que je perde surement un peu de lait par vache,  je suis persuadé d’être gagnant financièrement : moins de fioul, moins d’usure de tracteur, aucun équipement distribution."

Contact

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?