Le dressage des bovins par la méthode Souvignet

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Objectif

  • Simplifier les manipulations.
  • Alléger le travail au quotidien, en temps et en pénibilité
  • Sécurité

Principe

Méthode de dressage pour manipuler facilement et sans stress  ses animaux : les habituer au licol et à la marche à côté de l’éleveur. 

Points forts - Points faibles

Points forts

  • Obtenir d’un troupeau calme
  • Facilite les manipulations ultérieures de troupeau (gain de temps et sécurité)
  • Facilite le repérage précoce des animaux à mauvais caractère, qui ne seront pas mis à la reproduction
  • Atout majeur pour la vente de reproducteur

Points faibles

  • Demande un investissement en temps lors du dressage
  • Nécessite deux personnes pour agir en toute sécurité. 

Conditions/Règles de mise en œuvre pour être efficace

  • A réaliser dans les 15 jours suivant le sevrage. 
  • Avoir un lieu disponible pour attacher les animaux et un couloir d’environ 3m de large pour l’apprentissage de la marche.  
  • Utilisé un licol en corde confectionné par l’éleveur
  • Nécessite d’être calme et de prendre le temps. 
  • Se former ou être accompagné par un éleveur expérimenté afin d’apprendre les bons gestes.

L'exploitation agricole

Hubert Delaplanche à Estrées-la-Campagne  (14)

Description de l’élevage:

  • 1 UTH + 2 salariés (1,5 UTH)
  • 200 ha : 40 ha d’herbe
  • 55 Limousines
  • Vêlages groupés d’automne

Historique

Après un an de réflexion, Hubert Delaplanche s’est procuré un DVD présentant la technique étape par étape et l’a appliquée à son troupeau à partir de 2014.

« Dans l’idéal, le dressage doit être effectué dans les deux semaines suivant le sevrage : les animaux sont désorientés et ont perdu leurs repères.  C’est donc le moment opportun pour intervenir. 

Dans mon élevage, je ne dresse que les futurs mâles reproducteurs destinés à la vente, les futures femelles à concours et celles dont je suis sûr qu’elles resteront sur l’exploitation. 

La première étape du dressage consiste à habituer les animaux à avoir un licol, à être attachés et manipulés. Pendant 3 à 5 jours consécutifs, j’effectue une attache journalière avec un licol en corde devant une surface ajourée, comme une barrière par exemple, et d’apercevoir d’autres animaux. Il est primordial d’aller voir les bêtes plusieurs fois dans la journée, de s’en occuper, de les caresser. A chaque détache, je les récompense en leur donnant une ration alimentaire, cela leur permet d’associer cette expérience à un bon souvenir. 

Pendant ces quelques jours, l’animal acquiert la mémoire de la corde. Il ne faut surtout pas être pressé !

La seconde étape du dressage, qui consiste en l’apprentissage de la marche à côté de l’éleveur, est possible pour certains animaux selon leur caractère. Je détache une bête et fais des allers-retours dans un couloir de 3m de large et 20m de long avec une porte à chaque extrémité. Le deuxième jour, je recommence en suivant un circuit qui me fait entrer et sortir de mes bâtiments plusieurs fois. 

En règle générale, à la suite de ces deux journées, environ 10 % des animaux restent ingérables à la marche. 

Je trouve qu’il est préférable d’être toujours deux lors des phases de dressage pour des questions de sécurité. C’est un investissement qui permet un réel gain de temps et de sécurité lors des manipulations ultérieures. Maintenant mon troupeau est plus calme et c’est un gage de sécurité pour les intervenants extérieurs, qui sont beaucoup moins réticents à venir.

Bien sûr, cela a également été très positif pour les présentations aux concours et pour la vente de mes reproducteurs. »

Contact

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?

A noter