Le bac de rétention

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

En cas de fuite, le bac de rétention doit permettre à la fois de récupérer l’engrais et d’éviter une contamination du milieu. Cette rétention est obligatoire pour les stockages d'une capacité totale supérieure à 100 m³, et reste fortement conseillée pour toute nouvelle installation de stockage (cf. référentiel de l'Agriculture Raisonnée).

S’il n’y a qu’une cuve, la capacité de rétention doit être au moins égale au volume stocké. Dans le cas de plusieurs cuves, la capacité de rétention doit correspondre à la plus grande des deux valeurs suivantes : 100 % du plus gros réservoir ou 50 % de la contenance totale des réservoirs associés.


1. Cuvette de rétention :

Dimensionner la cuvette de rétention en fonction du volume stocké, tout en prévoyant une largeur suffisante pour que la vanne de remplissage soit située à l’intérieur du bac (pour capter les écoulements).

Pour les cuves horizontales, ne pas faire de murs trop hauts qui seraient moins résistants. Pour les cuves verticales, une rétention élargie est préconisée.


2. Dallage de la plate-forme :

La dalle de béton armé doit être réalisée avec du béton de classe 5b. Les emplacements des berceaux des cuves horizontales doivent bénéficier de fondations renforcées (dimensionnement selon charges).

Prévoir une pente au sol à 2% vers un puisard préfabriqué pour faciliter la reprise des écoulements éventuels et des eaux pluviales.

 
3. Murets de rétention :

Prévoir des murets en béton armé vibré ou des agglos coffrants remplis et ferraillés (pas d’agglos creux). Assemblage en partie haute par coulage d’une ceinture en béton armé. Prévoir également un enduit intérieur hydrofuge et des joints d’étanchéité pour les jonctions.

Remarque : l’utilisation d’un revêtement bitumeux est possible (différent pour les stockages de fuel ou gasoil).


4. Vidange des eaux pluviales :

La mise en place d’une toiture évite la contrainte de la gestion des eaux pluviales. Sinon, il convient d’installer une pompe vide cave dans le puisard pour une vidange régulière des eaux pluviales.
 
Attention : si la vidange se fait au niveau du puisard par raccordement d’un tuyau sur le bac de rétention, il faut veiller à l’étanchéité des joints  et à la fiabilité du système de fermeture : prévoir en amont du mur de rétention une vanne cadenassée et en sortie un bouchon, avec une fermeture à clé tricoise.


5. Protections :

Prévoir un grillage ou un garde corps de 1 m du sol, une échelle fixe intérieure et extérieure avec une barre de maintien et un portillon fermé.

Lors de l’installation d’un bac de rétention, il est conseillé de s’appuyer sur un professionnel compétent à même d’éviter les erreurs de choix de matériaux et d’assurer la réalisation d’un ensemble fiable. A votre demande, nous pouvons également vous adresser une notice technique de réalisation.

Au titre du Code de l’Urbanisme, des démarches doivent être entreprises avant de réaliser les travaux : déclaration de travaux ou demande de permis de construire (à partir de 20 m2). Les formulaires sont à demander en mairie ou à la subdivision locale de la DDE.

Contact

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?

Marine Louargant

Conseillère spécialisée en fertilisation et expérimentation

Tél : 02 35 59 47 67

Agenda

Aucune actualité disponible.